dimanche 11 juin 2017

1er convoyage, en un seul mal.

Car c’est singulier, et parce que je suis poli. Et aussi parce qu’on dit un mal, et des mots.



Le premier jour, samedi 3 juin 2017
  • 11h30 : Départ des Marines de Cogolin. 
  • 11h31 : Décision de rester au moteur pour traverser la cohorte de bateaux gigantesques mouillés dans le golfe de St Tropez. Sagesse absolue de la décision, surtout qu’à bien y regarder, tous les bateaux ne sont pas mouillés et beaucoup de ceux qui ne sont pas mouillés font les fous autour de ceux qui le sont. Mouillés, je veux dire. Bref.
  • 12h30 : Folle amoureuse de son capitaine (qui lui sert aussi de pilote automatique il faut bien le dire), l’équipière, fine cordon bleu (remarquez que « bleu » s’accorde avec « cordon » et non pas avec « fine », la langue française faisant fi de tout anti-sexisme), donne la becquée à son héros qui avait grand faim, et il était grand temps.
  • 14h30 : 3 heures que le moteur ronronne et plafonne à 2230 tours pour nous faire avancer à 4 nœuds (moins de 8 km/h) dans une mer hachée, clapoteuse, houleuse, instable, inconfortable, bousculés par les sillages de tous ces gros yachts qui nous doublent en nous frôlant, comme pour nous dire que nous n’avons pas notre place ici. On vient de passer le cap de St Tropez. C’est assez, on met les voiles. Enfin, on décide d’essayer. Car on va devoir naviguer au près, c’est-à-dire remonter le vent, à peu près au près serré, serrés (le cockpit est assez petit). Vous suivez ?
  • 14h45 : Après explications du skipper (le capitaine a plusieurs casquettes, sur ce bateau) et acceptation de l’équipière (elle suivrait son héros jusqu’au bout du monde, même au près) voici le vaisseau bout au vent et le fringant bel homme debout sur le roof à tester sa réparation récente de l’enrouleur de bôme tout en hissant haut (il faut toujours hisser haut) la grand-voile d’un seul élan magnifique qui ferait pâlir le plus chauvin des Canadiens.
  • 14h55 : La GV est enfin hissée (la réparation de la bôme fonctionnait à merveille, mais la révision de la procédure de hissage de la GV par le bel homme sus-cité avait probablement été insuffisante, ou trop bibliothécaire. Notez que quand un anglophone entend « ‘thécaire », il peut comprendre d’aller très doucement, ce qui peut expliquer la lenteur de la manœuvre puisque je comprends très bien l’anglais. Il existe une explication à tout.
  • 15h00 : Enfin de retour dans le cockpit (ne riez pas, ça n’était pas si sûr que ça) le fantastique marin incline le voilier pour dérouler le génois, dans un enthousiasme que seul sa fatigue déjà extrême et sa transpiration non moins impressionnante pouvaient dissimuler.
  • 15h15 : En plus du rappel historique d’une date bien connue des écoliers de la vieille époque (si vous ne comprenez pas pourquoi allez donc réviser la date de la bataille de Marignan), cette heure marque la réussite de l’établissement complet des voiles. Hip Hip Hip Hourra.
  • 15h16 : Le moment magique, celui où l’on coupe le moteur, et où l’on entend uniquement le vent et le bruit de la mer. Vraiment magique. Heureux l’équipage.
  • 15h17 : Le bonheur ne se décrit pas.
  • 16h16 : Le cap Camarat est passé, à la voile ! (Chacun de nous est fier de passer un cap.)
  • 16h17 : Le vent est sympathique, il nous montre exactement la direction qu’il faut prendre, c’est-à-dire celle d’où il vient. Pour les moins marins de nos lecteurs, ça veut dire que le vent se présente sous le seul angle qu’il n’est pas possible de remonter à la voile, c’est-à-dire de face. Pleine face. Paf.
  • 16h18 : Après concertation avec l’équipage – qui je le rappelle car c’est assez rare pour être souligné, est toujours d’accord avec son capitaine – nous décidons de rester à la voile, et donc de louvoyer (pour les moins marins, ça veut dire « aller en zig-zag » pour pouvoir remonter le vent à la voile).
  • 21h00 : Devant le peu de route que nous avons pu faire pendant plus de 4 heures, et après l’estimation du temps encore nécessaire à la navigation pour parvenir au mouillage dans l’anse du Gau que nous avions envisagé, nous décidons de mouiller plus près, dans l’anse de Cavalière, derrière la pointe du Layet pour nous mettre à l’abri du vent de sud-ouest.
  • 21h30 : Après l’affalement des voiles (en fait l’enroulement, si on considère que le bateau est équipé avec un enrouleur de génois et une bôme à enrouleur) la manœuvre du mouillage fut presque parfaite, je ne m’y suis repris qu’à deux fois. Ce qui d’ailleurs m’a permis de remarquer subrepticement que le moteur a eu du mal à redémarrer à ces deux reprises, dénonçant ainsi une faiblesse de la batterie pourtant chargée à bloc avant le départ, et donc un souci électrique qu’il convenait de prévenir plutôt que de guérir : nous décidâmes, d’un commun accord et dans une belle harmonie, de rester sans consommer de batteries dans la lueur de la lune pour cette première nuit au mouillage, ce qui avait en outre l’avantage de saupoudrer notre aventure d’une note d’un romantisme aussi fou que le capitaine pouvait l’être de sa belle.
  • 21h45 : Premier repas au mouillage, dans l’obscurité donc, et le bonheur d’une première partie de mission bien remplie.
  • 23h30 : Après une soirée courte mais merveilleuse, dodo.

Le lendemain, dimanche 4 juin 2017
  • 01h30 : Réveil angoissé, tour de veille pour vérifier que le bateau ne dérivait pas, retour au couchage, essayage vain de fermeture des paupières, comptage de moutons qui n’a pas fonctionné car quand on voit des moutons en mer, comme chacun le sait, ils sont beaucoup trop agités.
  • 01h45...05h30 : Nuit de veille forcée et inconfortable dans un bateau qui bougeait autant que son équipage, mais à contresens, ce qui alors d’après nous n’en avait plus aucun.
  • 06h00 : Après concertation de l’équipage et au vu de l’état musculaire du seul membre assez musclé pour prétendre hisser la Grand-Voile à bord, décision certes pleutre mais au combien très sage de partir immédiatement du mouillage qui bougeait de plus en plus, et de finalement faire le reste de la route jusqu’à Toulon au moteur.
  • 10h30 : Ayant seulement passé le Cap de Medes de Porquerolles après presque 5 heures de navigation au moteur face au vent et contre un clapot qui forçait presque le bateau à reculer, force fut de constater qu’en plus du problème électrique, le moteur – pourtant un 28 chevaux récent et en très bon état – avait probablement un souci de régime insuffisant. Comme le capitaine d’ailleurs, mais ceci est une autre histoire.
  • 10h31 : Appel à la capitainerie du port d’Hyères à qui nous expliquons notre désarroi devant un passage de Giens que nous ne nous sentions pas vraiment. Compassion de la dite capitainerie qui accepta, à notre grand soulagement, que nous venions nous amarrer au quai d’accueil du port et attendre que les vents soient plus favorables, c’est-à-dire pendant quelques jours selon la météo de ce dimanche 4 juin 2017, qui s’était pourtant, remarquons-le, déjà assez bien trompée.
  • 12h30 : Arrivée au port, amarrage, restauration salvatrice et appel d’un taxi qui nous ramena à la maison pour un repos imprévu, mais indispensable. Il est très pratique de vivre des aventures extraordinaires à seulement quelques kilomètres de la maison, surtout pour rentrer rapidement faire la sieste.

Le lendemain, lundi 5 juin 2017
  • 07h30 : Au réveil ce qui fut un fringant capitaine, en ouvrant un œil, s’aperçut que pas une feuille ne bougeait dans les arbres, contrairement à ce qui devait être le cas aux dires de la météo marine, qui, rappelons-le, n’en finissait plus de se tromper.
  • 08h01 : Après vérification de la dernière météo prévue pour la journée, réveil en fanfare de l’équipière, démarrage en trombe pour rejoindre le port d’Hyères, le bateau, l’aventure qui reprenait !
  • 08h30 : Arrivée au port d’Hyères
  • 08h31 : débriefing avec la capitainerie
  • 08h45 : démarrage (hésitant) du moteur
  • 08h47 : largage des amarres, faux départ
  • 08h52 : manœuvre de retour, ré-amarrage, récupération des provisions et de la tablette avec le logiciel de navigation oubliés dans la voiture
  • 08h59 : re-largage des amarres, vrai départ
  • 09h00 : début d’une navigation de rêve, secoués dans un clapot résiduel certes, mais aussi heureux et bercés par un calme méditatif qui ne nous abandonnera plus.
  • 12h58 : Arrivée au port de Toulon en Darse Nord du Mourillon.

Conclusion : chacun de nous peut trouver son Everest à gravir, et s’il peut être à la fois ridicule pour certains observateurs et rigolo pour d’autres, il est toujours pour nous-mêmes gigantesque, absolu, et se rendre capable de le franchir n’est jamais anodin.





4 commentaires:

MENUISIER a dit…

Recit agréable conté avec humoue et légèreté. Merci.mes hommages a l équipiere amoureuse cordon bleu..

karl a dit…

grand plaisir à vous lire, humour et auto dérision sont au rendez vous..bravo!

Yves Benyaya a dit…

Mes compliments à l'équipière.

Jean-Luc MERCIER a dit…

Merci pour cette tranche de mer, çà repose des soi-disant marins qui roulent des bords par force beaucoup et qui affichent un certain mépris pour le petit plaisancier qui se fait plaisir , d'ou son nom.