Affichage des articles dont le libellé est Astuce confort. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Astuce confort. Afficher tous les articles

dimanche 31 janvier 2016

Épis cure


Il était un temps où les français avaient la réputation de transporter leur pain sous l'aisselle.

On dit même que dans son dos, le reste de la planète se gaussait de tant de manque d’hygiène en affirmant que le goût du pain français venait plus de ce mode de transport que du savoir faire des boulangers, bien plus occupés à surveiller leurs épouses qu’à parfaire leur maîtrise.

Et puis il y a eu les grandes surfaces cuiseuses de pâtes à pain industrielles surgelées, produisant des baguettes qui auraient été parfaites si elles n’avaient pas été soumises aux caprices des uns et des autres, à la portée des mains de tous. Oui, les mêmes qui transportaient leur pain précédemment à l’aide de leurs aisselles, et qui joyeusement pouvait désormais répandre le même humus sur les pains des autres.

Ensuite les moyennes surfaces qui voulaient ressembler aux bons boulangers d’antan, mais avec le débit des cuiseurs suscités. Le prix des uns, la qualités des autres.

Bref tu l’as compris cher lecteur, il me fallait trouver l’alternative, la solution qui remplirait ma maisonnée de la bonne odeur de pain chaud matinal en préservant mon confort, sans diminuer mon plaisir.

Réjouis toi l’ami, j’ai trouvé et je partage avec toi ce bonheur somme toute à portée de toutes les bourses : la machine à pain est une réussite, un vrai progrès, un robot utile, un serviteur automatiquement dévoué.

C’est fou comme 500 grammes de pain peuvent t’offrir de la joie et de la bonne humeur ! 

La photographie te montre mon pain de ce matin, que j’ai obtenu comme suit : 

200 ml d’eau, 350 g de farine de blé (T55), 10 g de sel, 10g de sucre, et 5,5 g de levure boulangère. Le tout disposé la veille au soir en couches bien ordonnées dans une machine à pain achetée 73 €, programmée pour tout faire toute seule - mélange des ingrédients, pétrissage de la pâte, mise en forme, et cuisson du pain tel que tu le vois sur la photo - et me présenter mon pain tout chaud, m’enveloppant d’une odeur magnifique au réveil, que je me suis empressé de compléter avec celle d’un bon café pression vapeur. 


Mais ceci fera probablement l’objet d’un autre article...

jeudi 2 juillet 2015

Ma petite climatisation écologique et (très) bon marché

Vous n'allez pas en revenir.

Moi-même en découvrant ce phénomène par hasard, je n'ai plus jamais fait autrement.

Par ces temps de chaleurs intenses, vient le moment de partager avec vous quelques informations intéressantes sur la mécanique des fluides, qui au delà de l'admiration éberluée qu'elle provoquera dans vos soirées mondaines, vous fera gagner quelques degrés de confort frais et conséquemment quelques années de bonne santé.
Enfin... Ça n'est pas une conséquence garantie, mais c'est ce que je vous souhaite en tous cas !

N'ayez pas peur, ça va être rapide et efficace au delà de ce que vous croyez. :-)

Vous connaissez déjà cette propriété de physique de dynamique des fluides (et aussi de thermodynamique, et hop un mot savant de plus !) dont je vous parle ici.
Vous l'utilisez déjà tous les jours sans y penser dans votre réfrigérateur, car c'est lui qui fabrique le froid :
un gaz qui se détend se refroidit.

Nous ne reviendrons pas ici sur les notions scientifiques du phénomène, mais si vous voulez approfondir voici un article sur Wikipedia qui explique [presque] tout.

J'en ai découvert une application inattendue lorsque j'ai simplement voulu faire un courant d'air chez moi un jour de grande chaleur :
il y avait "un petit air", c'est-à-dire un très léger souffle de vent, et j'ai voulu l'utiliser pour faire traverser quelques pièces par un filet d'air plus agréable que ceux des ventilateurs.

C'est là que j'ai été alerté par une fraîcheur agréable mais étonnante, directement projetée sur moi lorsque j'étais devant ma fenêtre pour en régler l'ouverture.

Lorsque ma fenêtre était grande ouverte, le courant d'air faisait certes claquer les portes mais n'apportait que le confort relatif d'un air brassé...
Par contre, en "réglant" les ouvertures suivant la force du vent (entre la largeur d'une main fermée et celle d'une main grand ouverte pour vous donner une idée) j'ai constaté à quelques dizaines de centimètres à l'intérieur de l'entrée d'air une baisse significative de la température.

C'est ainsi que depuis, à chaque fois que j'en ai envie et sans aucun surcoût ni installation particulière, j'abaisse de plusieurs degrés très naturellement la température de l'intérieur de mon habitat.

Cette façon de faire devait très certainement être déjà connue des anciens, mais personnellement je n'en avais jamais entendu parler, et comme je suppose ne pas être le seul dans ce cas, je me suis dit que ce serait sympathique de la partager avec vous O:-)