mardi 27 octobre 2015

Écriture continue


2015/10/27 16h40
Je suis sans cesse poursuivi par mes démons. Ceux-ci s’agitent et sifflent sur ce frêle esquif de mon soi balbutiant, et ces sifflements assourdissent souvent la perception de mes sens ainsi sans dessus-dessous. Vous voyez ce que je veux signifier ?
J’ai cherché comme beaucoup des techniques d’écriture pour arrêter cette procrastination incompréhensible qui me fait toujours remettre à plus tard ce que je souhaite vraiment faire, et je n’ai bien sûr rien trouvé de probant ni de tellement évident qu’il ne peut en rester aucun doute.
Il m’est arrivé plusieurs fois de tomber sur un terme qui me semblait aller de lui-même, l’écriture “automatique”. On comprend bien en lisant cette dénomination qu’il s’agit d’écrire sans discontinuer, et de se laisser emporter par les flots de notre imagination sans intervenir dans une écriture systématiquement fluide, sans aucun but précis, et sans arrêt.
Cependant pour moi il est aussi important de comprendre que ceci ne veut pas dire écrire n’importe quoi, ni avec des fautes d’aucune sorte, ni avec une incohérence rédhibitoire quant à la signification desdits écrits.
On appelle par ailleurs “écriture automatique” une technique utilisée en hypnose et même aussi parfois en spiritisme - indépendamment du crédit que je peux personnellement accorder à ceci et/ou à ceux qui en abusent. Cet emploi m’empêche donc en toute conscience d’utiliser cette appellation pour le présent exercice, et j’y préférerai donc désormais la dénomination de “Écriture continue”.
Ceci étant dit et précisé, je continue mon exercice dans Google Docs afin de pouvoir ultérieurement reprendre mes écrits sans avoir à synchroniser manuellement, avec toutes les erreurs que cela pourrait engendrer, différents documents via des clés USB et autres systèmes de recopie.
Je ne sais pas ce que je vais bien pouvoir écrire ensuite et ce type d’aparté se reproduira certainement très souvent, car l’exercice consiste à écrire sans discontinuer et sans jamais arrêter, quel que soit les circonstances, le manque d’inspiration, les envies, besoins, et autres complexes méandres de mon esprit retors qui pourtant ne tourne jamais sur lui même (oui, il est retors mais pas rotor, ha ha ha).
Jusqu’ici vingt minutes se sont écoulées soit 356 mots, 2253 caractères dont 1902 caractères sans les espaces.
Si j’en juge par rapport aux données qu’on peut trouver dans les conseils pour écrire des romans, un roman compte en moyenne 300 mots pas page, avec 300 pages (soit 90000 mots). Donc si j’écris plus lentement, disons 300 mots par tranche de 20 minutes, j’écrirai 900 mots à l’heure.
Soit, si je compte bien, une centaine d’heure pour écrire un roman.
En continuant cette logique, si je n’écris qu’une heure par jour, il me faudra donc 100 jours. Si je ne travaille que 5 jours pas semaine à la rédaction de mon œuvre - indépendamment de sa qualité, qui on l’aura compris sera de toutes façons absolument, fantastiquement, et incroyablement merveilleusement géniale - il me faudra donc une vingtaine de semaines, soit 5 mois pour écrire une histoire de fiction romanesque. Et 5 mois finalement, c’est vraiment très peu.
Il n’est compté ici bien sûr que la rédaction à proprement parler, sans aucune notion d’imagination, de travail de structure, ni d’aucune autre sorte de cogitation inhérente à la construction d’une œuvre digne de ce nom. Je n’ai comptabilisé ici que le simple fait de saisir une logorrhée sans arrêt, un discours sans fin, une histoire sans faim.
Sur l’imagination indispensable à l’écriture, je dirai que justement ceci consiste le nerf de ce qui me pousse à finalement céder aux sirènes de mes envies. Bien sûr comme tout le monde j’ai des rêves de richesse importante, de notoriété respectée, et de succès infini, mais là n’est pas ma motivation d’écriture. Ma véritable motivation est beaucoup plus profonde, nécessaire, vitale. Je souhaite me mettre dans une certaine obligation d’écrire, pour comportementalement contourner cet écueil que je connais trop bien pour ne vivre que ça depuis toujours : lorsque je souhaite véritablement quelque chose, je fais tout pour ne pas le faire, pour repousser l’échéance du moment où je vais pouvoir enfin me faire plaisir. J’ai longtemps essayé de comprendre ce qui peut être vu comme de la procrastination mais qui n’en est pas. Il n’est pas question ici de remettre au lendemain ce qui est pénible, mais au contraire de faire passer avant le plaisir ou la réalisation de soi tout ce qui ne l’est pas, tout ce qui peut être rébarbatif, tout ce qui peut être sans saveur, sans plaisir, sans goût. J’ai fini par conclure ce qui me semble maintenant évident : à force d’avoir été privé systématiquement de mon plaisir depuis que je suis en vie par des parents narcissiques pervers tous les deux, protégés et aidés par une famille complète de monstres cédant au syndrome de la bête noire à mon encontre - soit par méchanceté, soit par bêtise, toujours par facilité - je me suis obligé à réagir comme le renard dans la fable de La Fontaine “Le Renard et le Raisin”, c’est-à-dire en refoulant l’objet de mon désir, et repoussant l’instant où il me serait inévitablement, systématiquement, irrémédiablement enlevé.
Pour revenir à mon envie d’écriture, je pense sincèrement qu’en guise de catharsis, l’écriture d’une fiction, le travail sur icelle, le temps passé à rechercher dans mon imaginaire, à essayer de décrire, signifier, faire vivre, transmettre mes ressentis, mes sentiments, mes pensées complexes peut m’aider à canaliser ma colère incessante, mon malaise qui n’a de positif que sa régularité.
Il est à noter ici quelques particularités que j’aime employer, non pas pour faire du genre - si, un peu quand même je dois bien l’avouer - mais parce que ces particularités sont à la fois chantantes, parlantes, imagées, et pratiques. Ainsi en va-t-il du terme “icelle” et de son masculin “icelui”. On comprend tout de suite qu’il s’agit de remplacer “celle-ci” ou “celui-ci”, termes beaucoup plus communément utilisés de nos jours. Or je trouve ces derniers bien plus obsolètes dans l’esprit contemporain de nos raccourcis accélératoires : le vieil “icelui” comporte six caractères à écrire, alors que “celui-ci” en oblige à huit. Avantage de modernité donc pour “icelui”, qui permet tout en restant complet, descriptif, précis et utile d’affirmer une certaine singularité. Adopté.
Tout comme les termes tels “accélératoire” d’ailleurs, qui bien que semblant être un néologisme n’en est pas un puisqu’il a déjà été employé par Maurice Arthus dans son livre “Éléments de Physiologie” en 1902, parmi d’autres du même acabit. On comprend bien quand on lit “accélératoire” que ça veut dire “qui permet l’accélération”, et le terme étant à la fois châtié, esthétique, concis, précis et facilement compréhensible il remportera mon adhésion enthousiaste.
Ainsi en ira-t-il également de tout terme voire même de tout néologisme et mot-valise qu’il me sera agréable d’employer.
17h50, 1125 mots, 6999 caractères.